Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pampoune
  • Le blog de pampoune
  • : 4èmes de couverture et avis personnels de mes meilleurs lectures.
  • Contact

Passion

Un petit blog en toute simplicité pour partager ma passion de la lecture.

Archives

3 février 2013 7 03 /02 /février /2013 10:16

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41r4rAJsG-L._SL500_AA300_.jpg

 

La Bible de l'esprit décadent et de la " charogne " 1900. A travers le personnage de des Esseintes, Huysmans n'a pas seulement résumé, immortalisé les torpeurs, les langueurs, les névroses vénéneuses et perverses du siècle finissant. Des Esseintes est aussi un héros kierkegaardien, à la fois grotesque et pathétique, une des plus fortes figures de l'angoisse qu'ait laissées notre littérature. Fils spirituel de René et de la génération du mal du siècle, il annonce à bien des égards le Bardamu de Céline et le Roquentin de La Nausée.

 

Au début du roman, des Esseintes déménage pour répondre à un violent désir de solitude. A la fin du roman, des Esseintes comprend qu'il ne peut rester éloigné du monde et il redéménage pour retourner avec ses semblables. Entre les deux ? Des Esseintes évolue dans son propre univers peuplé de peinture, de musique et de littérature. Allant d'échec en échec, le personnage principal, et unique personnage de ce roman, vit dans son passé et ne fait rien de son présent. A la fois représentant et moquant le décadentisme, ce roman totalement descriptif nous plonge dans l'univers fin de siècle (le XIXème)

 

Ce livre n'est pas le premier que je lis de l'auteur mais il est le premier je chronique et que j'apprécie réellement. Même si tout cela est mou, terriblement mou, et même si nous avons parfois envie de secouer le personnage principal pour qu'il se réveille, la totale description de ce roman nous transporte dans le monde solitaire de des Esseintes.

 

Comment ne dire que quelques mots sur un tel roman ? Chapitre après chapitre, nous découvrons la littérature, la peinture, la musique, tel un documentaire. Mais nous découvrons aussi tout un monde aux portes de l'érotisme.

Et puis, l'échec constant ne manque pas de nous faire sourire. Entre un voyage qui ne se fera jamais, une tortue et des fleurs oubliées dans un coin... Sans oublier les lectures qui furent faites et ne se font plus.

 

Autant le dire, dans ce roman, il ne se passe rien. Mais alors, absolument rien. Pourtant, malgré cela, le lecteur se laisse emporté dans un univers étrange qu'il ne maitrise pas. Paradoxal ? Oui, mais réel.

Je ne saurais que dire d'autre. Je ne peux que vous conseiller de tenter cette lecture. Vous verrez bien...

Partager cet article

Repost 0
Published by pampoune - dans Classiques
commenter cet article

commentaires