Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pampoune
  • Le blog de pampoune
  • : 4èmes de couverture et avis personnels de mes meilleurs lectures.
  • Contact

Passion

Un petit blog en toute simplicité pour partager ma passion de la lecture.

Archives

17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 11:31

 

Un enfant-soldat des Jeunesses hitlériennes enrôlé pour défendre Berlin contre les Soviétiques; deux enfants français dans un village soumis à l'Occupant ; un groupe de lycéens manifestant contre les nazis à Paris, le 11 novembre 1940... Ces trois récits de la Seconde Guerre mondiale, inspirés d'histoires vraies et d'événements réels, témoignent chacun à leur façon de l'horreur quotidienne de la guerre. Sans oublier l'espoir, qui survit chez ces individus pris dans un enfer bien humain.

 

Un enfant endoctriné des jeunesses hitlériennes ; deux ados un peu stupides dans un village pendant l'Occupation ; un groupe de jeunes gens décidant de fêter le 11 novembre en 1940. Voici les bases réelles de trois nouvelles qui nous dévoilent la Seconde Guerre Mondiale sous tous ses aspects.

 

J'ai découver Arthur Ténor il y a quelques mois avec les Fabuleux et depuis, j'avais très envie de me plonger de nouveau dans un de ses textes. Mais cette fois, j'avais envie d'un thème plus dur, de quelque chose de complètement différent de l'univers fantastique des Fabuleux. Et quoi de plus dur que le thème de la Seconde Guerre ?

 

Pour cette chronique, j'ai décidé d'innover. Comme j'ai adoré chacune des trois nouvelles, j'ai envie de vous écrire un petit mot pour chacune d'elles.

 

La croix de fer de Wilhelm Gudener :

Wilhelm est un jeune garçon de 12 ans qui, en 1945, croit encore dur comme fer que l'Allemagne et Hitler sortiront vainqueurs de la guerre. Il se donne alors le rôle, au désespoir de sa mère, d'aider l'Allemagne comme il le peut. Recevoir la croix de fer sera pour lui le plus grand des honneurs...

 

Cette nouvelle nous plonge à travers le regard d'un enfant endoctriné et j'ai frémi à chaque page. Quand on nous parle de la guerre, on a le point de vue des victimes, le point de vue des Résistants, très rarement le point de vue des bourreaux mais ce point de vue là était pour moi une première.

A travers ce texte, on découvre surtout comment la folie d'un homme se propagea dans les conscience pour changer des êtres du tout au tout et rendre des enfants sous l'emprise de cette folie.

 

Il faut sauver les chevaux de Crécy :

Claude et Gaspar sont deux ados qui, pour venger un compagnon, vont commettre une stupide bêtise qui ira loin, très loin. Car lorsqu'on s'en prend de près ou de loin à l'Occupant, celui-ci se vange et quand la peur se mêle à l'injustice, les meilleurs peuvent devenir idiots et commettre les pires erreurs.

 

Dans cette nouvelle-ci, nous apprenons à comprendre comment la guerre fit changer des êtres et comment la peur en transforma plus d'un. Nous découvrons l'histoire d'un petit village pendant cette triste période et regardons, impuissants, les êtres commettre faute sur faute parce qu'ils ont peur, tout simplement.

Nous découvrons aussi qu'à côté de la Grande Histoire (celle avec sa grande hache comme dirait Pérec) se cache une multitude de destins individuels qui paraissent bien insignifiants à côté de l'horreur du nazisme mais terrible pour un petit village paisible.

 

Le 11 novembre 1940 :

Le 11 novembre est une date importante et quelques soient les événements extérieurs, il convient de la fêter. Un groupe de jeunes lycéens va donc braver les allemands pour manifester en ce grand jour. Ils découvrirons bien vite que le nouveau régime ne compte pas les laisser faire...

 

Ici, j'ai découvert un événement dont je n'avais jamais entendu parler : cette manifestation du 11 novembre 1940. Personne ne fut tué, peu de gens (relativement) furent blessés alors on en parle pas ! Pourtant, ce jour montre comment les nazis commencèrent à semer la terreur à Paris. Comment des hommes tentèrent d'en sauver d'autres aussi.

Dans cette nouvelle, c'est un événement peu connu et grave dont nous prenons conscience, un événement qui sonne comme dans les débuts d'une longue série de représailles du régime nazi

 

En résumé :

Arthur Ténor nous offre ici trois nouvelles très fortes sur un thème très dur avec des personnages très forts. Sur un ton juste et une écriture magnifique, l'auteur nous entraine dans les horreurs de la Seconde Guerre. Avec ses jeunes personnages, il implique les jeunes (et moins jeunes) lecteurs en leur permettant de s'interroger : qu'aurais-je fais à leur place ?

J'ai aimé ce livre qui m'a fait frémir et qui m'a mis la boule au ventre. J'ai aimé partagé ces quelques pages avec chacun de ces jeunes, pris dans les affres des événements du moment.

Je ressors de ce livre avec des frissons et avec l'éternelle question : est-ce que tout cela pourrait se reproduire ?

 

Bravo à l'auteur qui  sait si bien faire passer les émotions.

Ceci est un livre fort que chaque jeune devrait lire. Ceci est un livre très vite lu, certes, mais dont on ne ressort pas indemne.

Partager cet article

Repost 0
Published by pampoune - dans Jeunesse
commenter cet article

commentaires