Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pampoune
  • Le blog de pampoune
  • : 4èmes de couverture et avis personnels de mes meilleurs lectures.
  • Contact

Passion

Un petit blog en toute simplicité pour partager ma passion de la lecture.

Archives

3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 09:03

 

L'Eve future (1886) est au roman ce que les Poésies de Mallarmé sont à la poésie : le chef d'oeuvre de l'époque symboliste, l'anti-Zola, l'anti-Goncourt. Villiers est le plus grand conteur fantastique français. La donnée est fantastique, ou de science-fiction, puisqu'il s'agit de créer une femme artificielle, qui évite les inconvéniants des femmes réelles. Ce livre traite de l'amour impossible, pour une femme qui n'existe pas. C'est aussi un roman de la révolte, qui se termine sur le frisson du créateur de l'automate, Edisonn autant que de Jules Verne, par l'anticipation scientifique ; un ouvrage philosophique parce qu'il médite sur l'être et le paraitre. Le style est brillant, somptueux, insolite et ironique, comme Mallarmé l'a révélé : il mène "l'ironie jusqu'à une page cime, où l'esprit chancelle".

 

Lorsque Lord Ewald va voir son ami Edison, c'est pour lui parler de cette femme qu'il aime et qu'il ne peut oublier. Pour aider son ami, Edison créé alors une femme en tous points semblable à la femme convoité. Cette femme femme est parfaite, idéale. Mais peu à peu, après le bonheur initial, c'est la folie qui prend l'homme...

Dans ce roman, c'est la peur de la science qui dépasse le reste. Ce récit est un récit de science-fiction du XIXème siècle.

 

J'ai dû lire ce roman pour la fac et je ne sais pas trop quoi en penser. D'un point de vue littéraire, ce roman est un petit bijou. Le style est magnifique, l'histoire est la fois profonde, philosophique et au final très simple. Mais que je me suis ennuyée !

Dans ce roman, c'est bien simple, il ne se passe rien. Ou alors pas grand chose. Car les quelques 300 pages du roman pourraient se résumer en quelques lignes et il ne manquerait probablement rien à l'histoire.

 

D'autre part, l'anticipation scientifique du texte : une femme créée avec la science, les études... Tout ça ne m'a pas emballée. Je suis littéraire et tout ce qui relève des sciences, ça me passe un peu à 10 000...

Mais il n'est pas utile d'aimer ce texte pour le reconnaître et l'apprécier comme un grand roman.

Je dois avouer que, si je ne relirai probablement jamais ce texte, j'ai hâte de l'étudier et de le comprendre un peu mieux car je suis sûre qu'il y a mille choses à dire sur ce récit, mille choses que je n'ai probablement pas vues.

 

Je ne peux conseiller vivement ce récit qui est difficile et peu engageant. Pour autant, je le conseille un peu quand même, histoire de découvrir cet auteur qui écrit d'une façon magnifique.

Partager cet article

Repost 0
Published by pampoune - dans Classiques
commenter cet article

commentaires