Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pampoune
  • Le blog de pampoune
  • : 4èmes de couverture et avis personnels de mes meilleurs lectures.
  • Contact

Passion

Un petit blog en toute simplicité pour partager ma passion de la lecture.

Archives

28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 08:18

Un homme sur une moto, à laquelle est accrochée une remorque bringuebalante, traverse la campagne ukrainienne. Il veut se rendre dans la zone interdite autour de Tchernobyl. Il a une mission. Le voyage de Gouri est l'occasion pour lui de retrouver ceux qui sont restés là et d'évoquer un monde à jamais disparu où ce qui a survécu au désastre tient à quelques lueurs d'humanité.

 

Gouri revient chez lui, des années plus tard. Il retrouve un pays et des gens qu'il a aimé. Mais tout a changé. Alors, ce retour devient aussi l'occasion pour lui de découvrir les ravages de la catastrophe, de retrouver ceux qui n'ont pu partir et de se souvenir...

 

Deuxième roman lu dans le cadre de Romangier. Je tiens à dire tout de suite que le choix va être laborieux... Pour info, ce livre a déjà reçu le prix France Télévision en 2012.

 

Ici, nous avons à faire à un homme, rescapé de la catastrophe de Tchernobyl, et qui va retourner dans sa ville, auprès de ceux qu'il aime, pour découvrir les ravages laissés par l'événement.

Il retrouvera ceux tombés malades, ceux qui se souviennent, ceux qui pleurent encore. Il retrouvera aussi ses propres souvenirs de même que Le Souvenir, indélébiles dans leurs coeurs et sur leurs corps.

 

Comment parler avec les mots juste de ce livre assez extraordinaire ?

Le style est sobre et fort à la fois. Avec des mots et des situations simples, l'auteur nous entraine dans une des plus grandes catastrophes de la fin du XXème siècle. Nous retrouvons dans le style l'horreur du moment : une situation simple, dans les faits, pour quelque chose de beaucoup plus terrible en ce que tout ça a provoqué.

 

Dans le roman, les dialogues ne sont pas marqués : des passages à la ligne mais pas de tirets. Comme si une seule voix parlait, comme si l'auteur avait voulu transcrir l'universalité de l'horreur au-delà les individualités.

Ce roman se lit d'une traite, d'un seul souffle et nous entraine sur Le Lieu dont le nom ne sera jamais cité. Dès les premières pages on comprends, oui, mais le tout reste dans un flou artistique et une sobriété assez incroyables face à l'ampleur de ce qui est dit.

 

Que dire de plus pour vous convaincre ? J'ai aimé ce livre qui m'a fait frissonner. La petite histoire est inclue dans la grande et, d'une certaine manière, on ne ressort pas ce livre indemne...

 

Ce soir, rencontre avec l'auteur ! J'ai hâte d'entendre ce qu'il aura à nous dire !

Partager cet article

Repost 0
Published by pampoune - dans Divers et Variés
commenter cet article

commentaires