Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pampoune
  • : 4èmes de couverture et avis personnels de mes meilleurs lectures.
  • Contact

Passion

Un petit blog en toute simplicité pour partager ma passion de la lecture.

Archives

30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 11:11

 

À travers ce récit autobiographique, Annie Ernaux évoque ses origines modestes, et retrace son enfance et son adolescence.

 

Deux mois après que la narratrice ait passé ses épreuves du CAPES, son père décède des suites d'une maladie. Pour la jeune femme, c'est l'occasion de raconter son père. Pas un grand récit mais un récit à l'image de son père : simple, sobre, basé sur la vie quotidienne et sur ces petites choses dont on se souvient à la perte de l'être cher.

 

Dans ce récit autobiographique, la narratrice c'est Annie Ernaux. C'est de son père dont elle nous parle. C'est de son père dont elle fait le portrait. Pas pour nous montrer un grand-homme, pas pour étaler une vie. Mais juste pour rappeler des petits faits ordinaires qui font le charme de la vie. Que ce soit la manière de parler, la façon d'être, la façon d'aimer. Ce sont ses petites choses que nous raconte l'auteure et ce sont ces petites choses qui font le charme de ce récit.

 

Je connaissais Annie Ernaux de nom et cela faisait longtemps que j'avais envie de découvrir sa plume. L'étude de ce roman dans le cadre du programme 20ème siècle dans mes études à été pour moi cette occasion.

Je ne dirais pas que je me suis laissée emportée par ce récit et je ne dirais pas non plus que j'ai dévoré ce livre pour savoir la suite. Pourtant, lorsque je suis arrivée à la dernière page, je me suis dis "Tiens, déjà ? C'est dommage".

 

A travers ce récit, je n'ai pas eu le sentiment de lire un récit de vie, encore moins une histoire. Mais j'ai plutôt eu le sentiment d'être une oreille attentive pour une amie dans le dueil. Une écoute pour une jeune femme qui vient de perdre de son père et qui a besoin de le raconter pour éviter de trop pleurer...

C'est très interprétatif et ce n'est peut-être pas ce qu'à voulu l'auteur mais c'est le sentiment que j'ai eu au cours de ma lecture.

 

Je pense que je relirai des livres de Annie Ernaux car il s'agit de petits textes, très vite lus et à la fois très forts. C'est pour ces mêmes raisons que j'en conseille d'ailleurs la lecture.

Partager cet article
Repost0

commentaires