Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pampoune
  • : 4èmes de couverture et avis personnels de mes meilleurs lectures.
  • Contact

Passion

Un petit blog en toute simplicité pour partager ma passion de la lecture.

Archives

10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 18:19


Le cadavre d'une femme poignardée avec une violence extrême est retrouvé sur les rails, près de la gare du Nord. Elle n'est que la première victime d'une longue liste. A chaque fois, les proies sont des prostituées dont le tueur sème les corps dans différents quartiers populaires de Paris. Des meurtres sordides sans motif apparent. Le commissaire Kuhn n'a pratiquement aucun indice et l'enquête s'enlise. Jusqu'à ce que le meurtrier fasse en sorte que l'on retrouve sa trace. Il relance la partie dans un jeu macabre avec la police. Un jeu de piste infernal au dénouement inattendu...

 

A Paris, une femme est retrouvée poignardée. L'enquête révèlera qu'elle se prostituait. Mais ce crime ne sera que le premier d'une vague d'homocides dans le quartier de la goutte d'or. C'est au commissaire Kuhn et à son équipe de mener l'enquête. Mais le meurtrier semble avoir décidé de s'amuser avec eux...

 

Je remercie tout d'abord Eric Poupet et les éditions City pour cette belle découverte. Cela faisait un moment que je n'avais pas lu un "vrai" polar avec crime sanglant et enquête corsée et ce roman m'a rappelé à quel point j'aime ça.

 

Nous voici donc à Paris, au 36 Quai des Orfèvres, le commissaire Kuhn doit retrouver le meurtrier d'une prostituée sauvagement assassinée. Un crime à l'apparence banale sauf que ce premier crime va bientôt être suivi par d'autres, tout aussi monstrueux. Le terme est dit : Kuhn a à faire à un serial killer.


Mais, alors que l'enquête progresse, le commissaire s'aperçoit que le meurtrier a décidé de jouer avec lui et avec son équipe : des sms, des indices laissés sur les scènes de crime... L'assassin se moque des enquêteurs et cela, eux le savent bien et Kuhn est sur les nerfs jusqu'à ce que tout bascule...

 

Comme je le disais, cela faisait longtemps que je n'avais pas lu un "vrai" polar avec meurtrier, enquêteur et crimes sordides. Lorsque j'ai eu la possibilité de découvrir ce roman, je n'ai pas hésité. Déjà le résumé me tentait bien, je trouve la couverture superbe et, de plus, il s'agit là d'un premier roman et j'aime découvrir de nouvelles plumes.

 

Je n'ai eu aucun mal à me plonger au coeur de ce commissariat et très vite je me suis attachée à Kuhn malgré son caractère de cochon et à ses inspecteurs. Lefort fait en particulier partie de ces protagonistes que j'ai beaucoup apprécié parce qu'il m'a fait rire (et ça, dans un polar tortueux, ça fait du bien).

Les personnages sont vrais, tout simplement. L'image du "flic" n'est pas idéalisée : le commissaire et ses inspecteurs sont juste humains.

 

L'enquête par elle-même, d'ailleurs, est bien menée : des crimes sordides, des questions sans réponses, un assassin qui nargue les enquêteurs... Tous les ingrédients sont dans ce roman pour en faire un bon roman du genre et la sauce prend très bien agrémenté de condiments non négligeables : l'humour de certaines phrases, le jargon de flics, des événements anecdotiques à plusieurs reprises.

 

Bon, je ne peux pas vous en dire beaucoup plus au risque de vous gâcher l'intrigue mais en tout cas, ce roman, je l'ai avalé en deux jours. Une fois commencé il est tout simplement impossible de lâcher cette enquête avant d'en connaître le fin mot. Pour un premier roman, je dis tout simplement "Bravo".

 

Si vous êtes à la recherche d'un bon polar qui vous tiendra en haleine, si vous cherchez à découvrir une nouvelle plume dont, je l'espère, nous n'avons pas fini d'entendre parler, n'hésitez pas.

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Un vrai polar...je réfléchis...Cela fait au moins...10 ans que je n'en ai pas lu. Mais pourquoi pas? Il est des genres qu'on oublie, à tort d'ailleurs!
Répondre
P


J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman. On oublie souvent des genres mais malheureusement on ne peut pas tout lire...