Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pampoune
  • Le blog de pampoune
  • : 4èmes de couverture et avis personnels de mes meilleurs lectures.
  • Contact

Passion

Un petit blog en toute simplicité pour partager ma passion de la lecture.

Archives

24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 09:01

Suite au décès d’une personne chère, Mélanie part enseigner en Chine. Petit à petit, elle accède aux échelons supérieurs de l’institut où elle travaille et fait la connaissance de David Polyphémus Sorenson, professeur de grec classique. Une idylle se noue et, pendant quelque temps, Mélanie est la plus heureuse des femmes. Pourtant, à son retour d’un voyage en France, elle découvre que son poste lui a été retiré suite aux habiles manigances d’une collègue assoiffée de pouvoir. Les ennuis vont commencer à assombrir la vie de Mélanie… Cette subtile chronique chinoise d’un amour contrarié, servie par une écriture vivante et maîtrisée analyse cette propension que nous avons tous à répéter nos erreurs, nos errements ou nos attentes. Mais Mélanie est une femme qui se bat contre tous les enfermements dont elle peut être la victime, schémas imposés par les autres et pas nous-mêmes, et dont il est si difficile de déjouer le retour systémique. Car c’est finalement de liberté dont nous parle ce beau roman d’Amélie de la Musardière.

 

Mélanie est professeur universitaire... en Chine. Elle apprend ainsi le français à des étudiants bien éloignés de chez nous, au sens propre comme au figuré d'ailleurs. Un jour, elle fait la connaissance de David et une belle histoire d'amour voit le jour. Entre ses cours, sa vie en Chine et son idylle, la vie semble sourire à Mélanie, prise dans le tourbillon de la vie.

 

Tout d'abord, je remercie vivement Janyce et la Société des Ecrivains pour m'avoir fait découvrir cette petite merveille.

 

Dès le début j'étais dedans et il ne fait pas de doute que j'aurais avalé le bouquin en un rien de temps si je l'avais pu. Mais le bouquin étant un peu gros et un peu lourd, je devais le poser, à mon grand regret.

Le temps de 500 pages, je me suis retrouvée en Chine, dans une petite ville pleine de romantisme, Zhu Hai. Je me suis retrouvée dans une université chinoise et je me suis retrouver à découvrir un pays que je connais que peu.

 

Le coup de génie de l'auteure est de mêler subtilement les différents genres littéraires dans son ouvrage : nous passons de la chronique, au roman sentimentimental en passant par le conte et la poésie, sans oublier les petits cours de géographie, d'Histoire ou de littérature. Tout cela dans un roman qui étonne par son unité.

 

C'est avec plaisir que dans le roman, au milieu de l'histoire de Mélanie, j'ai découvers une légende sur Zhu Hai ou des rappels littéraires sur nos classiques européens. Et puis, les cours poèmes proposés par l'auteure nous laisse voir la poétesse en elle.

Poétesse dans la poésie mais poétesse aussi dans le roman lui-même, plein de fraicheur et de force.Le seul défaut de ce livre est la chute qu'il provoque lorsqu'on le referme. Et oui, il faut bien un jour retourner à notre petite vie banale...

 

Et puis, l'histoire même de Mélanie mérite que l'on s'y intéresse : professeure d'université se retrouvant face à de grosses responsabilités, femme amoureuse d'un homme qui n'a pas finit de nous étonner, française nous faisant découvrir un pays tel qu'on est loin de se l'imaginer.

 

Ce roman est tout simplement énorme, dans une écriture incroyable. Un vrai coup de coeur ! N'attendez plus pour le découvrir. Vous partirez jusqu'en Chine et dans une écriture qui vaut le déplacement.

Partager cet article

Repost 0
Published by pampoune - dans Divers et Variés
commenter cet article

commentaires

clemot jose 18/02/2015 16:14

Un petit bonjour on ses aborder a martignier briand je vous est donner mon numero de tel j aimerai beaucoup avoir de vos nouvelles bisous..