Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pampoune
  • Le blog de pampoune
  • : 4èmes de couverture et avis personnels de mes meilleurs lectures.
  • Contact

Passion

Un petit blog en toute simplicité pour partager ma passion de la lecture.

Archives

7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 09:14

Printemps 2009. Vingt-deux ans qu'Éléonore avait quitté Paris. Un trait tiré sur son passé. Une rature. Là, dans cet hôpital parisien, devant le corps d'Antoine, relié au monitoring, elle reste muette, certaine d'avoir eu tort de quitter son mas cévenol. Il ne manquait plus qu'une grève des cheminots pour éprouver davantage le temps dans un Paris inhumain qu'elle ne reconnaît pas. Par bouffées successives, sa douleur remonte. Évocation de sa vie d'avant avec Antoine, avec Léa, et surtout avec son fils disparu. Après l'accident de Guilhem, sa vie a basculé. Elle s'est murée dans une souffrance destructrice. Léa en a fait les frais. Léa, une femme-enfant, une écorchée vive qui s'interroge sur sa famille, sur l'amour, la vie... Elle nous entraîne de l'autre côté du miroir. Dans ce récit à deux voix, la réalité est plus étrange qu'il n'y paraît.

 

2009. Eléonore vient à Paris pour voir son ex-mari à l'hôpital à la demande de sa fille. Mais ce n'est pas avec plaisir et lorsqu'une grève des cheminots s'en mêle, tout semble agir contre cette femme pour lui rappeler de douloureux souvenirs. Car Eléonore est une femme pleine de secrets et de ressentis qui s'apprêtent à ressurgir...

 

Après de nombreuses péripéties, j'ai finalement pu acquérir ce roman et franchement j'ai bien fait d'insister pour avoir ce livre en ma possession car j'ai vraiment passé un bon moment.

 

A l'ouverture du livre, nous faisons connaissance avec Eléonore. Très vite, nous comprenons que cette femme est prisonnière d'un passé qui la ronge. Mais pourquoi est-elle à Paris dans ce petit hôtel ? Il faudra quelques chapitres pour avoir les clés de ce voyage et comprendre les motivation d'Eléonore. Mais voilà qu'une grève des cheminots s'en mêle et Eléonore est coincée à Paris. L'occasion peut-être pour elle de faire des rencontres qui changeraient sa vie.

 

Puis, c'est au tour de Léa, sa fille, de prendre la parole afin de dévoiler un passé terrible, afin de comprendre cet Evénement qui brisa toute une famille. Léa raconte leur histoire de son point de vue à elle et ce n'est qu'à la toute fin du roman que nous, lecteurs, comprendrons enfin ce lourd passé ayant engendré tant de haine, de doutes et de douleurs.

 

Heureusement que j'avais lu le résumé car au début du roman j'aurais très facilement pu me demander où voulait m'entrainer l'auteur : les premiers chapitres sont plein de sous-entendu et on ne comprend pas forcément la portée de ce qu'on lit. Pourtant, très vite, je me suis intéressée à cette histoire et à cette femme qui semblait cacher un passé trop douloureux pour être dit.

 

J'aime les histoires de secrets de famille et celle-ci n'a pas fait exeption à la règle. Bien au contraire. Le plus de ce roman ? Ce que l'on peut ressentir à l'égard d'Eléonore. D'ordinaire, on se prend d'affection pour celle qui souffre de son passé et qui nous le dévoile peu à peu. Ici, bien que je me sois très vite attachée à cette femme, je dois que très vite aussi elle m'a énervée : son comportement, ses réactions enfantines, sa façon d'être parfois... Tout à semblé jouer pour que, parfois, Eléonore m'énerve franchement.

 

Dans la deuxième partie du livre, nous apprenons à connaître Léa, victime elle aussi de son passé, et nous confrontons alors ce que nous avons appris de "bouche" d'Eléonore à ce que Léa raconte à son tour. Nous découvrons alors une enfance douloureuse rythmée par des doutes et des peurs. Nous découvrons une jeune femme en proie aux réponses.

 

J'ai beaucoup apprécié ce roman qui nous entraine au coeur d'une relation conflictuelle entre une mère et sa fille. L'aueure parvient parfaitement à nous faire ressentir les émotions de ces deux femmes que l'on sent finalement proches de nous en ce qu'elles ne sont pas parfaites. Elles souffrent. Oui. Mais ce n'est pas pour autant qu'on les plaint du début à la fin de l'ouvrage.

La plume de l'auteure est prenante et bien construite. On se laisse prendre au jeu et je n'ai tout simplement pas pu lâcher le roman avant de l'avoir fini.

 

En bref, je dirais que ce roman fait encore partie de mes belles découvertes issues de chez Mon petit éditeur. Si vous avez l'occasion d'aller découvrir ce roman, vous plongerez dans une ambiance pesante et lorsque vous ressortirez de ces pages, vous ne verrez plus du même oeil les personnes qui peuvent paraître acariâtres.

Partager cet article

Repost 0
Published by pampoune - dans Divers et Variés
commenter cet article

commentaires