Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pampoune
  • Le blog de pampoune
  • : 4èmes de couverture et avis personnels de mes meilleurs lectures.
  • Contact

Passion

Un petit blog en toute simplicité pour partager ma passion de la lecture.

Archives

20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 10:31

 

Dans cette petite "anti-pièce", première oeuvre dramatique de Ionesco, il n'est fait référence que deux fois à la cantatrice chauve, personnage dont on ne sait rien et qui n'apparaît jamais. Il s'agit bien là d'un Nouveau Théâtre, celui qui donne naissance à des pièces sans héros, sans sacro-sainte division en actes, sans action, sans intrigue, avec en guise de dénouement la quasi-répétition du début, et dont les traditionnelles retrouvailles sont remplacées par une parodie de reconnaissance d'une invraisemblance ahurissante.

 

Mr et Mme Smith sont dans leur salon lorsque arrivent Mr et Mme Martin. Avec une courte apparition d'un pompier et d'une bonne, ces six personnages évoluent sur un gros tas de rien et parlent pour ne rien dire. Pas d'intrigue, pas de début et encore moins de chute. Ces personnages évoluent ou n'évoluent pas. Ils ne sont rien et ne seront jamais rien jusqu'à la fin.

 

Bon, je sais, présenté comme ça, ça donne pas envie. Pourtant, Ionesco fait partie de mes auteurs fétiches parce que la lecture est simple, rapide et très drôle. Il faut aimer mais l'absurdité de la pièce nous rappelle toutes les absurdités de notre vie : parler pour ne rien dire, exister sans savoir pourquoi.

Le passage le plus drôle à mon sens est la première conversation entre Mr et Mme Martin... Je vous laisse découvrir. Rien ne se dit jusqu'au final où les mots eux-mêmes n'ont plus de sens.

 

Je comprends que l'on n'aime pas et moi-même j'ai mis du temps à percevoir les subtilités de cette oeuvre, et encore pas tout, mais je conseille tout de même cette lecture qui peut être à la fois très philosophique mais aussi simplement pour passer un bon moment et rire sur tant d'absurdité.

Partager cet article

Repost 0
Published by pampoune - dans Classiques
commenter cet article

commentaires