Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pampoune
  • Le blog de pampoune
  • : 4èmes de couverture et avis personnels de mes meilleurs lectures.
  • Contact

Passion

Un petit blog en toute simplicité pour partager ma passion de la lecture.

Archives

15 mai 2014 4 15 /05 /mai /2014 09:58

Depuis son plus jeune âge, Daniel Cunningham a vécu enfermé, avec pour seule compagnie les livres et sa mère - qui l'a gardé reclus, à l'écart du monde extérieur, et qui n'a cessé de lui répéter qu'il était malade. Un jour, des coups frappés à la porte vont tout changer. Des voisins ont découvert son existence, et résolu de libérer Daniel de l'emprise de sa mère. Pris en charge par le Dr Marlow et sa famille, il va découvrir peu à peu que tout ce qu'il tenait pour vrai jusque-là n'était qu'un tissu d'histoires racontées pour le protéger. Mais le protéger de quoi ? De sa vie d'avant, Daniel n'a gardé qu'une maison de poupée. Et pas n'importe quelle maison de poupée : c'est la réplique exacte de la maison natale de sa mère, une maison qui recèle de nombreux et sombres secrets. Jusqu'à quels vertiges ces secrets conduiront-ils Daniel ?

 

Depuis toujours, le jeune Daniel vit seul avec sa mère avec, pour seule compagnie, des livres et une maison de poupées. Le jour où le Dr Marlow vient le chercher et le convie au sein de sa famille, Daniel comprend que tout ce qu'il croyait savoir n'est que mensonge et que sa mère a été enfermée à l'asile. Il s'agira alors pour le jeune garçon de découvrir la vie telle quelle est jusqu'à ce que sa vie prenne à nouveau une étrange tournure...

 

Lorsque j'ai vu ce livre en librairie, je n'ai pas su résister. Je suis tombée amoureuse de la couverture et du résumé de ce roman qu'il me fallait absolument acquérir.

 

Daniel est un enfant qui nous apparait dès le début du roman comme un garçon intelligent et fort sympathique à qui on accorde toute notre pitié lorsque l'on comprend que sa mère le garde enfermé depuis sa naissance.

Lorsque le Dr Marlow vient le chercher pour l'accueillir dans sa famille, nous découvrons alors un enfant avide d'apprendre et avide de relations. Il considèrera d'ailleurs très vite les filles du docteur comme ses propres soeurs.
Pourtant, sa mère et sa maison lui manquent. Il demande alors à faire venir une maison de poupées, cette maison qui l'accompagna toute son enfance.

 

La maison est transportée et Daniel passera de longues heures à inventer des histoires autour de cette maison, accompagné de Sophie la plus jeune fille du Docteur Marlow.

Mais très vite, Daniel et sa compagne de jeu vont commencer à découvrir que la maison de poupées regorge de secrets. Des secrets qu'il serait fort possible de mettre en lien avec l'histoire de la mère de Daniel et d'une maison dont la maison de poupées est la parfaite réplique...

 

Voici un roman qui avait tout pour me plaire : une intrigue familiale, une maison aux multiples secrets, une mère que l'on dit folle (mais l'est-elle vraiment ?), un enfant en quête de réponses. La couverture, par ailleurs, ne pouvait que me faire penser à un côté fantastique et angoissant et le titre me faisait déjà penser à Carrie ou à Rosemary's baby.

Du coup, peut-être en attendais-je trop de ce roman car, même si ce fut une bonne lecture, elle n'arriva pas à la hauteur de ce que j'espérais.

 

Dès le début, je me suis laissée entrainée dans l'intrigue de ce roman et, très vite, je n'ai plus pu lâcher ce livre tant j'avais hâte d'avancer dans l'histoire. Les personnages m'ont tout de suite touchée et je m'y suis très vite attachée. Comme Daniel, j'ai voulu découvrir l'histoire de sa mère et comprendre quels secrets cachaient la maison de poupées.

 

Je n'ai donc pas lâché le bouquin avant d'en connaître là fin et là... déception ! La fin n'est pas trop mal mais est allambiquée. Le fantastique débarque sans qu'on ne sache trop ni pourquoi ni comment et, au final, je suis restée sur ma faim quant à certains éléments de l'histoire. Dommage.

 

Le style de l'auteur est prenant et efficace et je crois que les jeunes lecteurs devraient apprécier ce roman qui leur fera connaître la lecture addictive et les angoisses au coeur des pages. Pour un lecteur ayant déjà un bagage dans ce style d'ouvrage, celui-ci reste malheureusement relativement banal.

 

Ce roman est donc un roman que je conseillerais sans hésiter aux jeunes lecteurs avides de sensations fortes et pour ce qui est des lecteurs avertis, je dirais que ce livre permet donc de passer un agréable moment malgré une fin que j'aurais souhaité plus "folle" encore.

Une sympathique lecture dont la couverture m'a peut-être fait un peu trop rêvé...

Repost 0
26 avril 2014 6 26 /04 /avril /2014 10:14

"Un jour pourtant, les Chevaliers Rergh avaient été vaincus. Pour cela il avait fallu la trahison d'un de leurs pages. Pris au piège de leur forteresse assiégée ils s'étaient immolés par le feu avec leurs familles, plutôt que de subir la torture et l'humiliation de la défaite. Les flammes de leur bûcher avaient emporté leurs secrets de fabrication et leurs armes. Les mages avertis par l'un d'entre eux qui était prescient s'étaient enfuis à l'exception du plus vieux, mort durant le siège de la forteresse. Malgré les recherches, le marais des Sauryls demeura enfoui dans les brumes du mythe."

 

Enfant, Ragghé subit les violences de sa famille. Alors qu'elle est adolescente, elle tombe enceinte et s'attire les foudres de son entourage. La jeune fille voudrait garder son bébé mais tout est prévu pour qu'elle ne devienne pas la mère de cet enfant. Pour sauver le marais des sauryls, la bataille des camps ne fait que commencer...

 

Je remercie tout d'abord Danielle Goubeault-Pétrus et Anna éditions grâce à qui j'ai pu découvrir ce roman d'un genre auquel je ne m'intéresse que trop rarement.

 

Le Marais des Sauryls est devenu un lieu mythique depuis qu'il s'est refermé sur lui-même.

Ragghé est une enfant qui, grandissant, se verra contrainte d'être concernée par ce mythe aux portes d'un combat auquel elle devra prendre part bien malgré elle.  Alors qu'elle a 16 ans, la jeune fille tombe enceinte mais est immédiatement reniée avant qu'on ne lui enlève son enfant, le faisant passer pour mort.


Ragghé porte la marque des Sauryls, ces chevaux volants porteurs du mythe. Son enfant aussi portera la marque et cela ne se doit. Il ne faudra donc pas que la jeune fille soit mère.

Mais au-delà de cette question, c'est une bataille bien plus importante qui se prépare et dans le royaume, il s'agira de se battre pour le pouvoir, de se battre aussi pour la vie, tout simplement.

 

La fantasy, en général, ce n'est que moyennement mon truc. Mais là, je suis tombée amoureuse du résumé de ce roman et de sa couverture. J'ai donc eu très envie de découvrir ce livre et j'ai eu cette chance.

Je dois dire que c'est convaincue que je ressors de ce livre qui m'a vraiment permis de passer un très bon moment.

 

On rentre assez facilement dans l'histoire et très vite on se prend d'affection pour Ragghé qui, au fil des épreuves qu'elle vit, nous émeut. D'ailleurs, l'auteure parvient très bien à nous faire entrer dans la vie de ses personnages et c'est avec intérêt qu'on les suit au fil des pages.

Le roman se divise en quelque sorte en deux temps : la présentation puis l'action. Il va sans dire que c'est la présentation des personnages et du marais qui m'a le plus plu car j'ai aimé apprendre à connaître ce monde imaginé par l'auteure. 

J'ai été moins emballée par la partie "bataille" mais cela ne me suprend pas plus que cela dans la mesure où ce genre d'action ne me passionne jamais vraiment dans ce genre de romans.

 

Voici un livre très prenant dont j'ai beaucoup aimé le style même si, je l'avoue, j'ai quelques fois un peu décroché ce qui n'a pas été sans perturber ma lecture. Mais je suis seule responsable et la qualité du roman n'est aucunement à remettre en cause.

 

Du coup, je dirais que j'ai été ravie d'avoir la chance de découvrir ce roman qui m'a transportée. Je pense que je ne manquerai pas de relire ce roman à l'occasion car j'ai très envie de renouer avec les détails qui m'auront échappé.

Ce roman devrait beaucoup plaire aux amatteurs du genre et je leur conseille vivement cette lecture qui a une qualité énorme : un seul tome et non toute une série de x tomes     !

Repost 0
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 11:38

Etienne, dix ans, est un garçon sensible et intelligent. Sa personnalité et sa situation famililale l'ont rendu solitaire. Il trouve refuge dans les livres de la bibliothèque et réconfort auprès de sa seule amie, Lili, avec qui il va partager un précieux secret. En effet, Etienne a découvert qu'une partie de son habitation était colonisée par une famille toute particulière. Malheureusement, le bonheur qu'Etienne a réussi à se créer sera mis à mal par les contraintes de la vie, et l'adolescent s'approchera dangeureusement de la folie.

 

A dix ans, Etienne a déjà un lourd passé. Son père est décédé dans un accident du travail, sa mère a sombré dans la dépression et son beau-père est un homme alcoolique qui ne perd pas une occasion de l'humilier. Un soir, plus violent que d'habitude, l'homme va enfermer l'enfant dans le grenier de la maison où Etienne fera une bien étrange découverte...

 

Je remercie tout d'abord Philippe Boizart qui m'a fait confiance en me proposant la lecture de son court roman assez difficile à classer.

 

Etienne a dix ans et vit avec sa mère et son beau-père qui le déteste. Humilié, exploité et livré à lui-même, l'enfant subit la violence de son beau-père, un homme alcoolique qui le déteste. Un soir, l'homme enferme l'enfant dans le grenier dans lequel l'enfant découvrira une colonie de rats.

 

Après le première frayeur, Etienne est très vite intrigué par cette famille toute particulière et va chercher à l'approcher puis à l'apprivoiser. Apportant nourriture et coton aux rongeurs, l'enfant sera très vite toléré par la colonie qui prendra peu à peu de plus en plus d'importance dans sa vie...

 

Roman ou nouvelle ? Comment classer ce texte à la fois dense, puissant et qui ne fait pas l'économie de l'émotion ?

Dès le début du livre, le lecteur est pris dans l'intimité d'Etienne, dans ses souffrances, ses doutes et ses peurs. Dès le début du livre, l'enfant nous fait de la peine et nous avons envie de le consoler, de le prendre dans nos bras et de l'aider à surmonter toutes les épreuves qui sont les siennes malgré son jeune âge.

 

Lorsque l'enfant rencontre les rats pour la première fois, c'est d'abord le dégoût qui prend le lecteur, le dégoût de cet animal peu aimé, et encore moins dans nos greniers. Et puis, en même temps qu'Etienne, nous apprenons à connaître les rats, leur façon de vivre, leur reconnaissance... L'animal nous apparait alors de plus en plus sympathique et attachant.

 

Pourtant, sans trop en dire, il convient d'ajouter que peu à peu le roman bascule dans l'horreur et devient propice à nous entrainer dans de terrifiants cauchemars.

L'ensemble du roman n'a pas été sans me rappeler, par ailleurs, ces films dont je suis complètement fan, ces films où des rats, ou autres animaux peu ragoûtants, envahissent une petite ville tranquille et sans histoire. Bien sûr, je savais d'avance que ce roman me rappelerait ces films mais le résultat a été à la hauteur de mes attentes, voire au-delà.

 

Avec ce roman, je dois dire que j'ai frémis, que j'ai pleuré mais que j'ai aussi été dégoûtée et horrifiée. Etienne est un être qui m'a fait de la peine du début à la fin et que j'ai eu envie de consoler au fil des pages malgré les événements qui auront lieu... Mais chut !

 

Quelques mots sur le style de l'auteur pour dire que l'écriture est prenante et qu'il est impossible de lâcher le livre avant la fin. L'auteur parvient avec beaucoup de talent à nous présenter la souffrance d'Etienne mais aussi sa bascule dans la folie. L'auteur nous plonge dans son histoire et lorsqu'on en ressort, on frémit encore.

 

En bref, que dire ? Si le thème général du roman (une invasion de rats) est connu, l'auteur parvient à se le réappropier et à nous offrir un texte à la fois déroutant, effrayant et, malgré tout, très touchant. Le texte est court mais il n'y a pas à en demander plus. Une fois de plus, je ne suis pas du tout passée loin du coup de coeur.

Si vous avez envie de vous faire peur et de mettre votre petit coeur sensible à rude épreuve, n'hésitez pas !

Repost 0
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 08:00

http://ivrebook.files.wordpress.com/2013/09/la-premic3a8re-colonie-copie.jpg

 

Une expédition terrienne découvre une planète sur laquelle se situe d’étranges ruines. Alice Baron, chargée de traduire les étranges symboles parsemés dans les vestiges, ne sait pas encore qu’elle entreprendra un voyage chargé de sensualité et de mort. Cet astre pourra-t-il servir aux terriens de première colonie ?

 

Tout commence par une expédition. Alice fait partie de l'expédition et est chargée de traduire des symboles découverts sur place. Elle ne se doute pas encore que cette expédition prendra bientôt pour elle un tout autre sens...

 

C'est sûr Amazon que j'ai trouvé ce livre proposé gratuitement en format Kindle. La couverture m'a plue et j'ai eu envie de tenter l'aventure de cette lecture courte.

 

Au départ, nous découvrons une expédition durant laquelle une jeune femme, Alice, devra découvrir des symboles et les comprendre. C'est alors qu'elle commence à en comprendre la teneur que tout bascule en un sens que je n'avais pas du tout vu venir : l'érotisme. Mais pas un érotisme banal ! Loin de là.

Je n'en dirai pas plus pour ne pas gâcher la surprise mais je dois dire que j'ai été étonnée par la façon dont les choses se font et j'ai apprécié le fait que l'érotisme ne se transforme pas en vulgaire texte pornographique.

 

Oui, j'ai été assez étonnée de ce mélange entre fantastique et érotisme. Il s'agit là de deux genres que je ne connais que fort peu finalement et j'ai étonnée de voir que non seulement ça marchait mais qu'en plus je trouvais ce texte plutôt plaisant à lire.

 

Le style de l'auteur est fluide et on se prend très vite d'affection pour Alice que l'on voit peu à peu changer au fil de le nouvelle. Il est d'ailleurs étonnant de voir comment, en quelques pages, l'auteur parvient à nous entrainer dans son univers, dans la vie d'Alice et comment elle parvient à transformer son personnage du tout au tout en un temps reccord.

Cette nouvelle apporte aussi, en un sens, une véritable reflexion sur ce qui peut changer les gens, sur ce qui peut en faire de toutes autres personnes.

 

En bref, j'ai passé un bon avec cette nouvelle et je n'hésiterai pas à lire d'autres textes de l'auteur. Etant gratuite, je ne peux que vous conseiller de la télécharger sur Amazon.

Repost 0
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 09:29

 

 

Danny Torrance a grandi. Ses démons aussi... 

 

Danny Torrance, le petit garçon de Shinning a bien grandi. Devenu adulte, ses démons n'ont jamais cessé de le poursuivre et, devenu homme, Dan est devenu un alcoolique notoire. Le hasard d'une rencontre le mènera à devenir aide-soignant dans un hospice. C'est là qu'il entrera mystérieusement en contact avec Abra, une étrange jeune fille de 12 ans qui elle aussi a le Don.

 

Lorsque ce roman est sorti en librairie, j'ai eu une folle envie de le lire. Et puis, les premiers avis positifs m'ont confortée dans mon avis. Lorsque ma copine Lysistrata Galaad m'a fait part de son avis plus que mitigé sur ce roman, j'ai commencé à douter et après lecture, je dois dire que je suis très mitigée également.


Dans ce nouveau roman du maitre de l'angoisse, nous retrouvons donc Dan Torrance. Il a grandi et est devenu adulte mais ses démons ont grandi avec lui et, pour s'en libérer, Dan s'est mis à boire. Dan Torrance, l'image même de l'innocence, est donc devenu alcoolique et détestable sur bien des points.

Il sera sauvé en étant embauché pour devenir aide-soignant dans un hospice et en s'inscrivant aux Alcooliques Anonymes. Les années passent encore et Dan se soigne comme il peut et contre l'alcool et contre ses démons de toutes sortes.

 

Un jour, une étrange gamine prend contact avec lui. Elle s'appelle Abra et elle a le Don, un don démultiplié par rapport au don de Dan. La jeune fille de 12 ans a peur. D'autant que des gens cherchent à la trouver pour avoir accès à ce don. Seul Dan semble alors pouvoir sauver Abra...

 

L'idée de départ était déjà une idée particulière : écrire une suite à l'histoire de Dan Torrance aurait pu être une bonne idée mais paraissait aussi, et surtout, une idée surtout commerciale. Mais bon, le bénéfice du doute est toujours de mise et je n'ai pas voulu juger avant de lire.

A la sortie de ma lecture, je n'ai pas vraiment changé d'avis : l'idée de départ n'est pas mauvaise mais le tout semble avoir été écrit pour vendre. Que ce soit la suite de l'histoire de Dan, l'idée d'une nouvelle petite ayant le Don, le mélange de fanstastique, de thriller et d'homme meurtri... Tout le roman semble réunir les gros clichés des différents genres pour que ça marche. Et je ne parle même pas de Dan Torrance devenu alcoolique !

 

Pourtant, ça marche ! Je me suis plus ou moins laissée prendre au jeu et j'ai voulu connaître le déroulement de l'histoire : voir l'évolution de Dan, découvrir Abra peu à peu, retrouver des démons et des horreurs, me plonger dans une ambiance un peu magique.

Malgré les clichés, l'écriture de Stephen King reste fluide et prenante et on veut savoir la fin. L'auteur est le maître des descriptions abominables et du suspens qui nous fait frémir. King sait nous entrainer là où il le souhaite et à la fin du roman, on garde le sentiment d'avoir passé un roman assez sympathique.

 

En bref, je dirais que ce nouveau roman a ses plus et ses moins : le genre est respécté et l'histoire reste agréable à découvrir mais nous sommes bien loin de ce à quoi King nous avait habitué et c'est dommage.

Maintenant, de très bons avis sont parus sur le net pour ce roman donc n'hésitez pas à vous faire votre propre avis.

Repost 0
26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 09:21

Dans la peau de Mary Stuart 800

 

Jeune Anglaise frivole, Susan ne s’intéresse guère à l’histoire de son pays, contrairement à son fiancé James. Mais le décès d’un oncle la propulse dans un cottage des bords du Loch Leven, où Marie Stuart avait été emprisonnée en 1567. Elle se découvre de surprenantes affinités avec la reine déchue, tandis que flotte sur elle l’ombre de la mystérieuse et antipathique Moïra Mac Grégor, ancienne gouvernante de son oncle. Et son voyage en Écosse se transforme en un saut temporel totalement inattendu.

 

Susan est une jeune femme qui aime croquer la vie à pleines dents et à qui il en faut beaucoup pour qu'elle soit émue. A l'inverse, James, son fiancé, est passionné par l'Histoire de l'Angleterre. Lorsqu'un de ses oncles meurt, Susan n'est pas plus touchée que ça mais un séjour là où Marie Stuart fut emprisonnée risquera bien de changer la vie de la jeune femme...

 

Je remercie tout d'abord les éditions Artalys pour ce service de presse. Le titre de cette nouvelle m'a tout de suite intriguée et je trouve la couverture superbe (il n'y aurait pas eu la tête de Marie Stuart au milieu, cette couverture aurait été parfaite, du moins à mon avis).

 

Susan est donc une jeune femme bien frivole. Elle est jeune et elle veut profiter de la vie. D'ailleurs, le début de texte est bien un hymne à la joie de vivre et très vite, on se prend d'affection pour Susan et très vite on a envie de profiter de la vie avec elle. Le fait qu'elle va bientôt se marier, d'ailleurs, ne doit pas être innoncent dans sa fraicheur et son envie de profiter de chaque instant.

Du coup, lorsqu'un vieil oncle meurt, Susan ne pleure même pas. Pourquoi se tracasser pour un type qu'elle ne connaissait pas ? Autant profiter de l'instant présent et penser à son futur mariage avec James...

 

Mais bon, quand il faut il faut et Susan et la mort de cet oncle va contraindre Susan à se rendre dans un cottage, loin de l'effervescence des grandes villes. Un cottage où Marie Stuart fut emprisonnée quelques siècles plus tôt... Susan ne s'en doute pas encore mais ce séjour risquera bien de métamorphoser sa vie.

C'est à ce moment-là que tout bascule dans le fantastique. Je ne vous en dirai pas beaucoup plus pour ne pas gâcher le suspens mais je dirai simplement qu'on se laisse facilement prendre au jeu de ce roman. La bascule dans le fantastique, elle marche et on y croit !

 

En commençant la lecture de cette nouvelle, je me demandais bien où l'auteure allait m'entrainer. Quel rapport entre une jeune femme qui perd son oncle et Marie Stuart ? Bref, je m'interrogeais mais le simple fait d'être invitée au voyage dans la campagne écossaise me comblait.

Et puis, je me réjouissais aussi de découvrir un petit roman mettant en valeur l'Histoire de l'Ecosse. Déjà que je ne suis pas spécialiste de l'Histoire de France, loin de là, je ne vous parle même pas de mes connaissances concernant l'Histoire anglaise et écossaise, elles frôlent les paquerettes.

 

Du coup, tout ça réunis, j'avais très envie de découvrir cette histoire. Du suspens et du sentimental mêlés à de l'historique, le mélange semblait être prévu pour moi. Et je dois dire que le roman a été à la hauteur de mes attentes. L'auteur sait écrire ce qu'elle veut nous transmettre avec un style clair et touchant.

Comme je le disais, je me suis tout de suite prise d'affection pour Susan mais aussi pour le cadre dans lequel elle évolue. Rien que pour ça, j'aurais apprécié ce roman. Mais par ailleurs, l'intrigue de ce texte est fort bien construite. Une fois que vous commencez la lecture, il est tout simplement impossible de lâcher le texte avant la toute fin !

 

En bref, je dirais que j'ai passé un très bon moment avec Susan qui m'a beaucoup touchée et qui m'a entrainée tant dans sa région, dans son histoire, que dans l'Histoire de son pays.

Vous l'aurez compris, je vous conseille vivement cette nouvelle qui promet un superbe moment de lecture.

Repost 0
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 18:29

L'Homme Volcan

 

"L'Homme-Volcan" relate l'histoire, tendre et mélancolique, d'une jeune fille qui vit les retrouvailles d'avec son petit-frère, mort quelques années plus tôt en tombant dans un volcan, et qui revient la visiter sous la forme d'un fantôme incandescent.

 

Il avait 7 ans, était plein de vie et sa famille l'aimait. Jusqu'au jour où une énième "connerie" le tua : il tomba dans un volcan. Quatre ans plus tard, sous la forme d'un fantôme, il rend visite à sa grande soeur...

 

Cela faisait un moment que j'avais entendu parler de ce auteur et la découverte de cette nouvelle gratuite sur le net m'a permis de franchir le pas. Le titre m'a attirée, j'ai trouvé la couverture magnifique, je ne pouvais plus résister. Et j'ai bien fait !

 

J'avouerai qu'au début, je me suis bien demandée où voulait m'entrainer l'auteur avec son histoire de gamin infernal qui tombe dans un volcan et qui revient rendre visite à sa soeur. Devais-je anticiper de l'horreur, de l'émotion, de l'humour ? J'ai eu ma réponse : c'est finalement un peu tout à la fois.

 

Je sais, ça fait un peu cliché de dire ça comme ça. Mais c'est vrai. Le thème de l'enfant mort dans un volcan est un thème qui m'a fait frémir et j'ai senti ma gorge se nouer et le fantôme incadescent n'est pas pour nous rassurer. Pourtant, l'auteur mêle à cet effroi une bonne dose d'humour. Je n'ai jamais franchement rit mais à plusieurs reprises j'ai sourit et ça, ça fait du bien.

 

Parce que, si le thème de départ est le thème tragique de la mort d'un enfant, l'essentiel de l'histoire est une rencontre entre une jeune fille et son fantôme de frère qu'elle veut rendre reconnaissable aux yeux de ses parents. Pour se faire, elle décide de le cuir dans une pâte à crèpe.

L'idée n'est pas banale et, au fil des pages, si l'on est ému parfois, on s'amuse aussi souvent face aux situations et aux dialogues.

 

L'auteur a su m'entrainée avec lui dans cet univers à la fois étrange, amusant et émotionnellement très fort. Quand j'ai commencé le livre, j'étais ravie de voir qu'il n'était pas long car j'ai besoin en ce moment de lectures courtes. Pourtant, quand je suis arrivée à la fin, j'aurais aimé que ce texte se continue.

 

L'écriture de l'auteur est efficace. On croit aux dialogues et même si l'histoire est crée de toutes pièces, on se laisse prendre au jeu et on fini même par se demander si un être cher disparu ne viendra pas nous faire un petit coucou la nuit d'après...

 

Bref, j'ai passé un très bon moment avec cette nouvelle et j'ai maintenant très envie, encore plus qu'avant, de me plonger dans un roman un peu plus conséquant de l'auteur.

Et si vous voulez découvrir ce texte-là, n'hésitez pas ! Gratuit sur Amazon et très vite lu, même si je ne vous ai pas convaincu, vous n'aurez pas grand chose à perdre à aller tenter l'aventure...

Repost 0
26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 19:38

Attention : spoiler !

Juliette Moreau n’est plus rien. Sa vie a basculé le jour où son père, le plus éminent chirurgien de Londres, a été accusé d’ignobles pratiques médicales. Est-il mort ? En fuite ? Nul ne le sait. Une chose est sure : Juliette doit maintenant se débrouiller seule pour survivre. Et tenter de répondre à cette terrible question qui l’obsède : qui est vraiment mon père ? Un fou ou un génie ?

 

Depuis que son père et parti et sa mère décédée, Juliette Moreau n'est plus que l'ombre d'elle-même. D'une situation aisée, la jeune fille est passée de l'autre côté de la barrière où il lui faut se battre pour survivre dans le Londres du XIXème siècle. Et puis un jour, tout se précipite et Juliette se voit contrainte de partir. Elle rencontrera alors cet enfant devenu jeune homme qui la conduira auprès de son père que Juliette rêve de retrouver...

 

Ce roman, c'est avant sa sortie que je l'avais repéré et c'est le jour de sa sortie que j'ai filé l'acheter. Et puis, divers facteurs ont fait que j'ai reculé cette lecture. Il y a quelques jours, j'ai eu envie de pallier cette erreur et c'est enchantée que je ressors de ce roman.

 

Bon, au début, j'ai été surprise de voir que le gros de l'action ne se déroulait pas dans les profondeurs de Londres au XIXème. C'est ce à quoi je m'attendais et ce n'est finalement qu'une infime partie du roman que cette idée-là.

Non, le gros du roman se passe sur une île. L'île où le père de Juliette a trouvé refuge après avoir fui Londres, accusé par la presse locale. Sur cette île, c'est alors un véritable huis-clos qui s'offre à nous... J'adore les huis-clos. L'ambiance oppréssante, les frissons... tout cela me plait et j'en redemande sans cesse. Du coup, je ne pouvais qu'aimer ce que m'a offert l'auteur. 

Et puis, l'auteur réinvente avec brio le mythe de Frankenstein en y insérant de nouvelles données, en le revisitant d'une manière plus horrible encore que celle de Mary Shelley.

 

Dès le début du roman, j'ai éprouvé beaucoup d'affection pour Juliette et pour les autres. Juliette est une jeune fille courageuse que la vie n'a pas épagné. Son père est parti, sa mère est morte, et dans l'école où elle travaille un homme a des mains bien baladeuses...

Quant aux autres personnages, ils ont tous leur charme. J'ai aimer être émue par les uns, j'ai adoré en détester d'autres.


Mais surtout, je me suis laissée emportée dans cette aventure sans jamais réussir à lâcher le bouquin.

Il faut dire que l'auteur a l'art de finir ses chapitres sur une note qui ne peut que vous pousser à attaquer le chapitre suivant et ainsi, chapitre après chapitre, vous arrivez à la fin du livre sans savoir ni pourquoi ni comment.

Autre chose d'appréciable, la fin du roman nous avoue qu'une suite est prévue mais le tome 1 se termine avec une "vraie" fin et ça fait un bien fou !

 

Du coup, j'avais des attentes élevées avec ce roman et j'ai eu un livre à la hauteur de mes attentes. Ceci étant dit, le site éditeur annonce ce roman comme étant à lire à partir de 12 ans et étant donné les thèmes proposés et les références diverses et variées, je me demande si ce n'est pas un peu jeune tout de même.

En tout cas, ce roman est un livre que je conseille sans hésiter, grâce auquel j'ai vraiment passé un très bon moment. Comme j'en avais peur, j'attends désormais la suite avec beaucoup d'impatience. C'est malin...

Repost 0
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 10:23

2020. L'épidémie de lycanthropie sévit en Europe depuis près de trente ans. La Roumanie est l'un des pays les plus en pointe concernant la recherche sur ce rétrovirus, mais aussi l'un des rares où les lupins ont le droit de vivre dans la société. Sous certaines restrictions. Pour s'occuper des crimes lupins, des unités de polices spéciales exclusivement composées de malades ont été créées. On les appelle les Brigades des loups. Un professeur massacré. Une mère de famille et son enfant dévorés vivants. De jeunes lupins sauvages en liberté. Pourquoi ces crimes ? D'où viennent ces enfants, et quel est leur but ? Les réponses pourraient bien bouleverser l'avenir de la brigade de Bucarest.

 

2020. Le monde est le même si l'on exclu le fait que des lupins évoluent dans la société. Ces lupins commettent des crimes et c'est une brigade spéciale qui est chargée de se battre contre ces crimes. Et puis soudain, une vague de crimes voit le jour. Une vague violente par laquelle des innocents perdent la vie. Pour se préserver elle-même, la brigade devra mettre un terme à ces événements.

 

C'est sur le site des immatériels que j'ai déniché ce livre il y a quelques mois. Mes lectures en cours sont de jolis pavés et j'avais envie de vous poster un billet aujourd'hui. Du coup, je me suis décidée à lire ce petit livre de 40 pages.

 

Le livre est court, très court (trop court), mais je me suis très facilement laissée prendre au jeu.

Les premières pages forment un récapitulatif historique pour comprendre la situation du temps du roman : la sitatuation en 2020. Déjà, ça, j'ai trouvé que c'était appréciable car j'ai beau apprécié les romans futuristes, j'aime bien savoir pourquoi le monde a tellement changé et pourquoi le futur est tel qu'il nous est décrit. Ici, c'est ce que j'ai eu et j'en ai été ravie.

 

L'histoire elle-même maintenant. Même si elle est relativement banale (un monde dans l'avenir avec des créatures imaginaires et une ambiance polar), l'histoire est bien menée et je me suis retrouvée à la fin du texte sans vraiment avoir compris comment.

En peu de temps, l'auteur parvient à nous rendre les personnages attachants et à nous impliquer dans l'intrigue qu'il développe. Du coup, arrivée à la fin, je me suis retrouvée toute bête car, bien sûr, je n'avais pas la suite sous la main.

 

Ce premier tome met en place l'intrigue. A la fin, on en sait guère plus qu'au début si ce n'est à propos des personnages que l'on a appris à un peu mieux connaître.

La fin du tome est une petite apotéose. Juste ce qu'il faut pour donner envie de lire la suite...

 

Je ne vous en dirai pas beaucoup plus sur ce roman au risque de vous le dévoiler entièrement. Du coup, je vous engage à aller découvrir ce petit texte. Vite lu, il devrait vous permettre de passer un agréable moment. Ce fut mon cas et j'espère pouvoir bientôt lire la suite des aventures de la Brigade des loups.

Repost 0
3 novembre 2013 7 03 /11 /novembre /2013 08:03

Providence, jeune prêtresse du sanctuaire de la lune bleue, a rêvé : un terrible danger les menace. Saura-t-elle l’empêcher ? Céleste, jeune fille enfermée dans les cachots d’un lugubre château, se pose une question : qui est-elle ? Elles ne le savent pas mais, malgré les siècles qui les séparent, leurs destins sont liés. Sauront-elles se trouver ? Et Céleste acceptera-t-elle son destin, quel qu’il soit ?

 

Providence, jeune prêtresse fait un rêve. Un terrible danger menace le sanctuaire. Mais elle n'est pas écoutée et la catastrophe arrive. Seule l'élue saura rétablir la situation. Les siècles passent et la prophétie de Providence devient légende. Jusqu'au jour où une petite princesse voit le jour : Céleste. Elle seule saura sauvé les peuples. Mais les dangers seront grands et les épreuves nombreuses...

 

Je remercie une nouvelle fois Livraddict pour ce partenariat qui a cette fois eu lieu avec la maison d'édition Boz'Dodor. Quand j'ai vu la couverture du livre je me suis dit "wouaou" et quand j'ai lu le résumé je me suis dit "pourquoi pas ?". Du coup, j'ai été bien contente de pouvoir découvrir ce roman.

 

Pour commencer, je dois dire que je ne m'attendais pas vraiment à ça. Au vue du résumé, je m'attendais à des chapitres alternés présentant chaque jeune fille pour finalement les faire se rejoindre et voir la liaison de leurs destins. Je peux vous le dire, ce n'est pas du tout ça !

Au contraire, on commence par découvrir Providence, jeune prêtresse, qui va être à l'origine d'une prophétie. Et puis, on la perd pour faire connaissance au bout d'une centaine de pages avec Céleste. Il ne faut pas des lustres pour comprendre qu'elle est la fameuse élue. Et puis, les épreuves s'enchainent et ne ressemblent pas.

 

Ce qu'il y a à saluer dans ce roman, c'est sa richesse. Les personnages, les étapes, les épreuves, les questions... Tout est en masse et donne au final un roman, somme toute, assez complexe, en un sens : une prophétie, une princesse jalouse, une jeune fille emprisonnée, de la magie, du pouvoir, des complots... L'auteur ne laisse pas de répis à son lecteur et j'avoue que c'est très agréable de ne jamais se douter de quelle va être la prochaine étape.


Pourtant, peut-être pourrais-je dire également que cette richesse fait la faiblesse du roman. Il y en a trop ! Je ne peux malheureusement pas les nommer au risque de vous dévoiler une bonne partie de l'histoire mais voilà ! A croire que l'auteure a voulu mettre tout ce qu'on connait de ce genre de romans, en un seul et même roman.

Du coup, j'ai un peu le sentiment de surcharge. Dommage...

 

Ceci dit, je me suis laissée entrainée jusqu'au bout de l'aventure avec cette envie de tourner frénétiquement les pages pour avancer et connaître le fin mot de l'histoire.

Parce que les personnages sont attachants, parce que l'auteur a une belle plume, parce que tout s'enchaine et qu'on veut savoir...

 

Du coup, en résumé, je dirais que ce roman est un bon roman du genre qui devrait beaucoup plaire au ados malgré une surcharge un peu déconcertante.

A découvrir !

Repost 0