Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de pampoune
  • Le blog de pampoune
  • : 4èmes de couverture et avis personnels de mes meilleurs lectures.
  • Contact

Passion

Un petit blog en toute simplicité pour partager ma passion de la lecture.

Archives

17 mai 2014 6 17 /05 /mai /2014 11:19

L'émouvante histoire d'un chien-loup entre le monde des hommes et celui de la nature, où servitude et liberté engendrent à la fois douceur et cruauté.

 

Alors qu'il n'est qu'un bébé, le louveteau découvre le contact avec l'homme. Restant avec eux, il passera de maître en maître en apprenant peu à peu à devenir chien mais en apprenant aussi à compendre la cruauté de l'homme...

C'est dans le cadre d'un travail pour la fac que j'ai enfin eu l'occasion de découvrir ce roman, grand classique de la littérature anglaise. 

 

Louveteau, il vivait heureux avec ses frères, ses soeurs et sa mère mais la loi de la nature eut raison de cette belle petite famille. Un jour, son chemin croisa celui des hommes et là, sa vie changea...
Croc-Blanc, inclu à la société des hommes commence alors à connaître cet animal étrange, maître de la faune. Changeant de maître, Croc-Blanc connaîtra tour à tour le bonheur et les épreuves au gré des hommes qui croiseront son chemin.

 

Ce roman fait partie des classiques et est devenu un classique de la littérature jeunesse. A juste titre. Ce livre raconte la superbe histoire d'un loup devenu chien mais présente également le Grand Nord à la manière d'un documentaire apprenant au lecteur à respecter l'animal et à le voir comme un être vivant doué de sentiments.

 

Cela faisait longtemps que j'avais envie de découvrir les livres de Jack London dont on nous parle dès l'enfance. Avoir l'occasion de travailler dessus pour la fac était une occasion en or et je dois dire que mon seul regret est de ne pas avoir lu ce roman avant.

 

Dès le début du roman, le lecteur est plongé dans les pays froids et on se prend très vite d'affection pour le louveteau tant des ses moments de plaisir que dans ses moments de peur et de douleur.

De même, le lecteur en vient à haïr l'homme qui fait souffrir l'animal pour son seul plaisir et, d'émotion en émotion, on arrive à la fin du roman sans avoir rien vu passer.

 

Ce roman est vraiment un très beau texte qui, pour l'époque, aura apporter quelque chose de neuf dans le genre du roman. Son passage dans le cadre des livres pour la jeunesse présente en outre le caractère ambivalant de ce roman qui est une superbe histoire en même temps qu'un livre plein d'enseignement.

 

Vraiment, ce roman est à connaître et je ne vous le conseillerai jamais assez si vous aimez les classiques et les beaux moments littéraires.

Repost 0
Published by pampoune - dans Classiques
commenter cet article
12 avril 2014 6 12 /04 /avril /2014 12:12

http://www.livraddict.com/covers/95/95099/couv2202917.jpg

Le destin de Jean Valjean, forçat échappé du bagne, est bouleversé par sa rencontre avec Fantine. Mourante et sans le sou, celle-ci lui demande de prendre soin de Cosette, sa fille confiée aux Thénardier. Ce couple d’aubergistes, malhonnête et sans scrupules, exploitent la fillette jusqu’à ce que Jean Valjean tienne sa promesse et l’adopte. Cosette devient alors sa raison de vivre. Mais son passé le rattrape et l’inspecteur Javert le traque…

 

Jean Valjean est un forçat libéré après 19 ans de bagne. Pour reprendre une existance "normale", il change d'identité et devient quelqu'un d'important. Jusqu'au jour où Fantine, une pauvre femme entre dans sa vie et le supplie de sauver Cosette, sa petite fille. Pour Jean Valjean, pousuivit par l'impitoyable Javert, la fuite devra reprendre.


J'ai lu ce roman il y a quelques années et j'ai eu envie de vous en donner mon avis car il s'agit vraiment d'un roman que j'apprécie tout particulièrement

Il est assez difficile de parler en seulement quelques lignes de ce roman imposant sur lequel il y a tant à dire mais je vais essayer.

 

Il est tout d'abord à rappeler que Les Misérables est, plus qu'une oeuvre, un roman très présent dans notre belle littérature française ; un roman auquel on croit comme s'il s'agissait d'un témoignage. Il s'agit aussi d'un roman culturel. Même ceux qui ne l'ont pas lu connaissent Jean Valjean, Javert, Cosette et les Thénardier.

Ces personnages, comme d'autre de la littérature, sont devenus si célèbres qu'ils sont sortis du livre (pensons par exemplaire au fameux Notre-Dame de Paris)

 

Ce roman est donc un livre dont on connait forcément les grandes lignes : le forçat, l'adoption de Cosette, la révolution, la traversée des égoûts de Paris et j'en passe.

Mais il y a aussi au fil du livre mille et une chose auxquelles on ne pense pas et qu'on ne connait pas, sauf si on a lu le roman en entier : le prénom de Cosette, l'amour entre une fille Thénardier et le beau Marius...

 

Chaque chapitre du roman est une aventure. Les chapitres se suivent et ne ressemblent pas en nous offrant, à chaque fois, de grands moments d'émotion. Au fil des pages, on pleure beaucoup mais on arrive aussi parfois à sourire.

L'auteur nous entraine dans l'univers qu'il nous présente et chaque page est une petite merveille au niveau du style employé.

 

Ceci dit, je dois bien l'avouer, ce genre de romans ne plaira pas à tout le monde de par certaines longueurs qui pourront en agacer plus d'un. Je pense par exemple à la description de la bataille de Waterloo qui est terriblement longue et heureusement que l'auteur sait écrire car sinon, ce serait l'ennui assuré.

Repost 0
Published by pampoune - dans Classiques
commenter cet article
29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 10:38

Lourdes est un lieu de culte construit autant en pierre qu’en papier. Au Lourdes de Zola (1894), qui offre une vision laïque et critique du pèlerinage, s’oppose la lecture catholique de Les foules de Lourdes de Huysmans (1906). Les deux romans en dévoilent les mêmes faces, à la fois lieu de surnaturel et bazar chrétien. Les deux hommes évoquent avec trouble les miracles et témoignent de la force émotionnelle, spirituelle, dynamique et inspiratrice du lieu. Lourdes fascine. Leurs livres prouvent l’efficace conjugaison d’une histoire, d’un lieu et d’une ferveur. L’abondante production littéraire autour de Lourdes entretient une tension qui apparaît comme un des éléments de sa pérennité. Ainsi, la fondation du lieu de culte ne s’inscrit pas dans la recherche d’un consensus. La lutte contre le pèlerinage participe de son succès.

Résumé de ce site

 

En 1903 puis en 1906, Huysmans se rendra à Lourdes, ville des apparitions, pour voir par lui-même ce lieu ayant déjà fait couler beaucoup d'encre en particulier avec Zola. Il découvrira alors deux faces de la petite ville : d'une part le lieu des pèlerinages, d'autre part la petite ville pyrénéenne.

 

C'est dans le cadre de mon mémoire de Master que j'ai eu envie de découvrir ce livre. Huysmans est un auteur que j'affectionne beaucoup et le lire sur la ville de Lourdes, que j'affectionne beaucoup aussi, m'a semblé être une chance à côté de laquelle je ne pouvais pas passer.

 

Pourtant, je crois qu'il va m'être assez difficile de vous parler de cette petite merveille. Il ne s'agit pas d'un roman mais il ne s'agit pas non plus d'un essai. Je crois qu'en réalité, c'est du récit de voyage que se rapproche le plus ce livre dans la mesure où Huysmans nous raconte son séjour à Lourdes, où il nous parle de ce qu'il voit.

 

Ce qui m'a plu avec ce livre, c'est que l'auteur se place à juste distance entre la croyance convaincue et les sceptiques qui remettent en cause tout ce que Lourdes représente.

Huysmans parle de la ville en tant que ville et parle des pélerinages en nous décrivant les foules se rendant aux sanctuaires. L'auteur nous parle d'ailleurs d'ailleurs des sanctuaires eux-mêmes.

 

J'ai particulièrement apprécié la manière dont Huysmans évoque les décorations parfois désastreuses (selon lui) au sein des sanctuaires et j'ai été très touchée par certains passages comme la symbolique des cierges ou la descriptions de certains miracles.

 

Sachant que je vais sans doute devoir étudier ce livre sous toutes les coutures pour mon travail de recherche, je vous avoue que là, je n'ai pas envie d'en dire plus pour tout ce qui est du style de l'auteur et même de ce qui est dit.
Malgré tout, si vous vous passionnez pour Lourdes, n'hésitez pas à vous plonger dans ce livre superbe dont on ne ressort pas vraiment indemne.

Repost 0
Published by pampoune - dans Classiques
commenter cet article
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 13:36

Ces « je me souviens » ne sont pas exactement des souvenirs, et surtout pas des souvenirs personnels, mais des petits morceaux de quotidien, des choses que, telle ou telle année, tous les gens d'un même âge ont vues, ont vécues, ont partagées, et qui ensuite ont disparu, ont été oubliées ; elles ne valaient pas la peine d'être mémorisées, elle ne méritaient pas de faire partie de l'Histoire, ni de figurer dans les Mémoires des hommes d'Etat, des alpinistes et des monstres sacrés. Il arrive pourtant qu'elles reviennent, quelques années plus tard, intactes et minuscules, par hasard ou parce qu'on les a cherchées, un soir, entre amis ; c'était une chose qu'on avait apprise à l'école, un champion, un chanteur ou une starlette qui perçait, un air qui était sur toutes les lèvres, un hold-up ou une catastrophe qui faisait la une des quotidiens, un best-seller, un scandale, un slogan, une habitude, une expression, un vêtement ou une manière de la porter, un geste, ou quelque chose d'encore plus mince, d'inessentiel, de tout à fait banal, miraculeusement arraché à son insignifiance, retrouvé pour un instant, suscitant pendant quelques secondes une impalpable petite nostalgie. G. P.

 

Il est tout simplement impossible de présenter un résumé de ce livre et le résumé fait par l'auteur (ci-dessus) se suffit à lui-même alors je vais tout de suite vous parler de cette lecture étonnante.

Cela faisait des années que je m'étais juré de lire ce bouquin. C'est maintenant chose faite. Je vais donc essayer de vous en parler mais avant cela, quelques mots sur le travail général de l'auteur.

 

Georges Perec est donc un auteur du 20ème siècle. Il fut membre de l'Oulipo (l'Ouvroir de Littérature Potentielle). Pour le dire plus clairement, les auteurs de ce mouvement se donnaient des contraintes pour écrire. Ces exercices étant donc plus des jeux au départ ont donc donné une véritable tranche de littérature.

Perec écrivit plusieurs titres dans ce style dont La disparition (roman où il n'emploie jamais la lettre "e"). Ce livre-ci fait d'ailleurs partie de mes projets de lecture.

 

Ici, l'auteur nous présente donc des souvenirs. Des souvenirs personnels qui souvent, sinon toujours, ont rapport à la mémoire collective : des artistes, des événements, des jeux d'enfants, des publicités... Tout y passe.

En 480 fragments, l'auteur nous invite donc à voyager dans la mémoire collective d'une époque mais aussi de tous temps. Car quoi de plus récurant que les jeux d'enfants, les comptines ?

Et puis, ce que nous offre l'auteur, c'est aussi toute la mémoire d'une époque. Certains fragments n'ont pas éveillé chez moi des souvenirs mais m'ont plutôt fait découvrir une époque où je n'étais pas née.

 

Je dois dire que j'ai beaucoup aimé le concept de ce livre et le style de l'auteur est tout simplement indéfinissable (ou trop long à définir justement).  Mais, pour en parler tout de même un peu, je dirais que le style de l'auteur est proche du langage oral tout en étant extrèmement profond et littéraire.

Perec sait nous entrainer dans son propre univers et ce petit livre très vite lu nous transporte. En ressortant de ces pages, j'ai le sentiment de connaitre un peu mieux l'auteur mais aussi, et surtout, d'avoir pu lire un texte que l'auteur se sera beaucoup amusé à écrire.

 

Ce livre est étonnant, je ne dirai pas le contraire. Mais cependant, il s'agit là d'un bijou de la littérature. Un bijou malheureusement trop peu connu. Si vous-mêmes faites partie de ceux qui ne le connaissent pas, je vous conseille vivement sa lecture et pour les autres, je serais tentée de conseiller une relecture.

Repost 0
Published by pampoune - dans Classiques
commenter cet article
2 août 2013 5 02 /08 /août /2013 09:19

Lors d une croisière rejoignant l Argentine, le champion du monde d échecs, Mirko Csentovic, rencontre un homme capable de le battre, le Dr B. Curieux de connaître les raisons d une telle maîtrise de son art, le joueur va pousser son adversaire à raconter son instruction. Il s'avère alors que c'est en détention, lorsqu il était aux mains de la Gestapo, que le docteur a fait l'apprentissage du jeu. Les échecs étant l'unique échappatoire de cet homme persécuté, ils occupèrent bientôt tout l'espace de son imagination jusqu à devenir une obsession.

 

Lors d'une croisière, le champion mondial de joueurs d'échecs rencontre un homme étrange, le Dr B, capable de le battre. Cet inconnu si étrange va alors confier son secret : comment est-il devenu un maître des échecs alors qu'il était détenu dans un camps, au mains des nazis...

 

Je ne connaissais jusqu'alors cet auteur que de nom et le challenge classique de Livraddict m'a permis de le découvrir avec cet ultime texte pour le moins étonnant.

 

Comment écrire 100 pages sur l'histoire d'un joueur d'échecs ? Voilà la question que je me posais avant le début de la lecture. Et bien, en mêlant les parties, un récit et une mise en abyme via le récit d'un mystérieux personnage qui nous racontera son expérience mais dont ne sauront jamais rien de plus que ce qui a trait aux échecs dans sa vie.

 

L'auteur parvient parfaitement à recréer une atmosphère étrange. On sait si peu de choses des personnages, qu'il est difficile de s'attacher à eux. Pourtant, on s'attache à un texte, à une histoire.

N'y connaissant strictement rien aux échecs, j'avais peur de me sentir perdue mais pas du tout. Si des techniques d'échecs sont présentées, cela n'empêche en rien la lecture et, au contraire, je ressors de là avec la ferme envie de m'initier à ce jeu qui, comme il est dit dans le récit, est bien plus qu'un jeu.

 

Mais en attendant, j'ajouterais que l'auteur nous enferme dans deux huis-clos différents et tout à fait prenant. Le lecteur se sent enfermé dans le jeu... et il aime ça !

La fin du texte est prévisible, certes, lorsque l'on connait un peu les classiques mais cela n'enlève rien à l'émotion qu'elle inflige. J'ai même laisser couler une petite larme mais je ne vous dirai pas pourquoi...

Et puis, le fait que le joueur se soit initié au jeu d'échecs alors qu'il était prisonnier de la gestapo ne fait que renforcer ce que le lecteur peut ressentir au fil de sa lecture.

 

Dernière chose qui doit vous convaincre : la longueur du texte. Il s'agit d'un récit très court que l'on pourrait qualifier de "nouvelle" avec une fin en apotéose qui ne peut laisser indifférent.

Quelques pages pour découvrir une écriture incroyable pour une histoire, sinon pleine de rebondissements, très forte en son genre.

 

Je ne connaissais pas l'auteur et je regrette de ne pas l'avoir connu plus tôt car j'ai vraiment trouvé avec ce livre une histoire comme je les aime par le biais d'une écriture dont je raffole.

Un livre à découvrir sans plus attendre !

Repost 0
Published by pampoune - dans Classiques
commenter cet article
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 09:28

Le héros de l'unique roman d'Oscar Wilde doit rester éternellement jeune : son portrait seul sera marqué progressivement par le temps, les vices, les crimes, jusqu'au drame final.Dans ce chef-d'œuvre de l'art fin de siècle (1890), l'auteur a enfermé une parabole des relations entre l'art et la vie, entre l'art et la morale, entre le Bien et le Mal. Les apparences du conte fantastique, et du roman d'aventures, où le crime même ne manque pas, fascinent le lecteur ébloui par les dialogues étincelants de l'auteur de théâtre, les paradoxes de l'esthète, la phrase du poète. La tragédie vécue par l'écrivain, le bagne, le déshonneur, la mort prématurée laissent ainsi, lisse et pur, son roman unique.

 

Dorian Gray est un jeune homme dont la plus grande peur est de voir son visage être ravagé par les désastres du temps. Le jour où il découvre son portrait, il émet le souhait que ce soit ce portrait qui vieillisse et non lui-même. Voeu improbable ? Certes mais contre tout attente, ce voeu va se réaliser et Dorian Gray verra son portrait vieillir alors que lui-même ne changera pas...

 

C'est pour la Lecture Commune de Livraddict que je devais lire ce roman mais ayant légèrement oublié, je poste ma chronique un peu après la bataille... Bref, j'ai tout de même lu le roman et je dois déjà dire que j'ai beaucoup aimé.

 

Tout d'abord, je rappelle que je suis une amoureuse de la littérature du XIXème siècle. J'adore Zola et j'admire les autres. Ceci dit, je ne connaissais pas ce même siècle à l'étranger et ce roman était l'occasion de m'y plonger.

D'autant que j'avais le livre depuis longtemps dans ma pal et que le fait de l'avoir lu le fait rentrer dans plusieurs de mes challenges (dont je vous reparlerai sans doute bientôt).

 

Au début, j'ai eu un peu de mal à rentrer dans l'histoire comme à chaque fois que je lis un roman XIXème. Il faut le temps d'adaptation à la langue, au style, aux personnages... Que sais-je ?

Mais une fois que l'habitude est prise, ce n'est que du bonheur. La langue est juste parfaite, la traduction rend toute une ambiance et on arrive à la fin du livre sans vraiment s'en rendre compte.

 

Pour ce qui est du roman lui-même, l'histoire est très prenante. Le sujet, déjà, n'est pas banal et l'auteur joue très bien avec les codes du fantastique, tel que celui-ci est vu à l'époque. Seul petit bémol, les sauts dans le temps sont parfois flous et les époques changent de chapitre en chapitre sans que j'ai réussi à toujours suivre.

Et puis, à la fin du roman, l'auteur jour également avec les codes du polar et du thriller. Je n'en dirai pas plus...

 

En somme, voici un classique que je ne connaissais pas et que je suis ravie d'avoir découvert. Je le conseille sans hésiter car au delà de l'aspect "classique", il s'agit d'un très bon roman qui n'est pas sans rappeler sur bien des points nos roman actuels.

Repost 0
Published by pampoune - dans Classiques
commenter cet article
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 09:03

La curée désigne en vénerie la part de la dépouille animale que l'on réserve aux chiens après le trépas de la bête. C'est ici, dans ce deuxième tome des Rougon-Macquart, la ruée servile vers les richesses du Second Empire dont chacun veut sa part, dans une succession d'images saisissantes : une clique d'aventuriers attablés à la France et distribuant les miettes, Paris souillée, éventrée et bientôt vautrée, complice de sa fête, " l'orgie des appétits et des ambitions ", la satiété et l'inassouvissement, la double fièvre de l'or et de la chair.

 

A la fin du XIXème siècle, sous le Second Empire, les richesses sont grandes et les personnes en voulant une part nombreuses. Tout est bon pour avoir sa part du gâteau. Mais les nouvelles richesses ne retirent pas les ambiances familiales désastreuses et les comportements inadéquats. C'est par exemple le cas de Renée qui, grande dame en apparence, deviendra la maîtresse du fils de son nouveau mari...

 

C'est grâce à la LC de Livraddict que j'ai enfin sorti de ma pal ce roman qui y était depuis pas mal de temps. Ce n'est ni par manque d'envie ni par manque de motivation et encore par manque d'encouragements de la part de mes enseignants mais je n'arrivais pas à m'y mettre. Pourtant, cette fois, j'ai franchi le pas et je ne le regrette pas du tout, bien au contraire.

 

Bon, je l'avoue, avant ma lecture j'ai jeté un oeil au fameux arbre généalogique des Rongon-Macquart pour savoir où me situer dans la saga. Ce n'était pas primordial pour comprendre le roman mais j'ai préféré.

En vérité, jusqu'alors, je ne connaissais pas vraiment la branche Rougon de la famille. J'étais plus familière avec la branche Macquart avec Gervaise, Nana, Claude et Etienne Lantier...

 

Ici, la branche Rougon est mise à l'honneur avec un homme prêt à tout pour avoir sa part des richesses de Paris, un jeune homme "coincé" dans un monde qui le dépasse, une femme qui sera la nouvelle Phèdre et tombera amoureuse de son beau-fils, un Paris en proie à un déchirement.

 

Du coup, j'étais assez curieuse de lire ce roman pour ça aussi. J'ai tout de suite accroché à l'histoire de ces personnages et de ce Paris démantelé. Zola sait une nouvelle fois nous entrainer dans son univers par ses descriptions fabuleuses et sait nous emmener dans l'histoire de ses personnages que l'on voit évoluer et se débattre dans un monde qui les dépasse.

Dès le début du roman, on sait comment tout cela va finir. On se doute que la fin sera une catastrophe et que le pessimisme de l'auteur n'ira que grandissant. Pourtant, au fil des pages, on espère et on arrive à oublier la fin désastreuse pourtant toujours prévisible.

 

C'est cela que je repprocherais le plus à Zola : aucune surprise dans ses romans. La fin est courrue d'avance et d'un tome à l'autre, toujours le même schéma se présente. Mais Zola est Zola et il sait nous faire oublier ses schémas prévisibles par des histoires bien particulières et des personnages toujours hauts en couleurs avec leurs propres personnalités.

 

Je peux tout à fait comprendre que l'on n'apprécie pas cet auteur à cause de ses longues descriptions et à cause de son pessimisme "légendaire" mais moi, c'est ce que j'aime chez lui. Zola est sans aucun doute un de mes auteurs "classiques" favoris et je ne peux m'empêcher de conseiller la lecture de cet auteur qui sait nous entrainer dans un univers bien à part et pourtant si proche de nous.

Repost 0
Published by pampoune - dans Classiques
commenter cet article
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 19:55

 

On s'étripe, on s'égorge, on se massacre avec une volupté sans précédent. Corps transpercés, martyrisés viennent éclabousser un sein nu de leur sang. Les beaux duels des mousquetaires n'ont plus cours à l'heure de la Saint-Barthélemy. On s'assassine avec rage, les hommes sont des chiens, les héros des sangliers blessés. Dumas sème les cadavres au fil des pages de ce livre de chasse, trempé dans le poison de Catherine de Médicis. La fièvre érotique tient lieu d'amour, la ruse, l'intérêt et la peur dictent les intrigues. Vague noire et rouge, la violence balaye et emporte tout. Dans les cris, les halètements, les plaintes désespérées, Dumas enfièvre ses dialogues à coups de rapière ou d'arquebuse, avec une énergie morbide. Les vengeances succèdent aux trahisons, et la mort à la folie, dans ce monde de bruit et de fureur, livré au chaos, que seule l'amitié fidèle de La Mole et Coconas transcende.

 

Au XVIème siècle, à l'aube des guerres de religion, une toute jeune fille épouse le roi de France. La vie de la cour semble battre son plein mais les guerres de religion sont là et le conflit entre catholiques et protestants n'est pas loin. Et puis, c'est la femeuse nuit de la Saint-Barthélémy qui engendrera tueries et horreurs. Pourtant, au milieu de tout ça, les histoires de coeurs naissent et se combinent...

 

Je ne connaissais pas du tout l'écriture d'Alexandre Dumas et c'est grâce à Livraddict et à son concours Classique que j'ai pu pallier cette horreur. (Etre littéraire et découvrir un tel auteur par un challenge sur internet, j'ai limite honte !) Bref, j'ai enfin pu faire connaissance avec la plume de Dumas et je dois dire que mon avis est plutôt mitigé.

 

Du point de vue du style de l'auteur, rien a redire, bien sûr. L'écriture est parfaite et le lecteur est à la fois plongé dans un style XIXème et dans une histoire XVIème. Un petit mélange idéal qui ne peut que transporter les amateurs de beaux textes.

Pourtant, et je le regrette, je n'ai pas tellement accroché à l'histoire. Est-ce parce que le XVIème n'est pas ma période préférée ? Est-ce parce que tous ces rois m'embrouillent déjà en Histoire ? Est-ce parce que la vie de la cours est relativement lente ? Je ne saurais dire mais le fait est que cette histoire ne m'a pas tellement emballée.

 

Malgré tout, je ne peux que reconnaitre la grandeur de la plume de Dumas qui a réussi à écrire un roman dont l'intrigue parait si réelle que la fiction a dépassé la réalité. Aujourd'hui, on imagine la reine Marguerite telle que Dumas nous la décrit en oubliant, peut-être un peu trop, qui fut cette femme, reine trop jeune à une époque maudite.

 

Si vous aimez les belles histoires et les textes profonds, ce roman est fait pour que vous le lisiez.

Repost 0
Published by pampoune - dans Classiques
commenter cet article
3 février 2013 7 03 /02 /février /2013 10:16

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41r4rAJsG-L._SL500_AA300_.jpg

 

La Bible de l'esprit décadent et de la " charogne " 1900. A travers le personnage de des Esseintes, Huysmans n'a pas seulement résumé, immortalisé les torpeurs, les langueurs, les névroses vénéneuses et perverses du siècle finissant. Des Esseintes est aussi un héros kierkegaardien, à la fois grotesque et pathétique, une des plus fortes figures de l'angoisse qu'ait laissées notre littérature. Fils spirituel de René et de la génération du mal du siècle, il annonce à bien des égards le Bardamu de Céline et le Roquentin de La Nausée.

 

Au début du roman, des Esseintes déménage pour répondre à un violent désir de solitude. A la fin du roman, des Esseintes comprend qu'il ne peut rester éloigné du monde et il redéménage pour retourner avec ses semblables. Entre les deux ? Des Esseintes évolue dans son propre univers peuplé de peinture, de musique et de littérature. Allant d'échec en échec, le personnage principal, et unique personnage de ce roman, vit dans son passé et ne fait rien de son présent. A la fois représentant et moquant le décadentisme, ce roman totalement descriptif nous plonge dans l'univers fin de siècle (le XIXème)

 

Ce livre n'est pas le premier que je lis de l'auteur mais il est le premier je chronique et que j'apprécie réellement. Même si tout cela est mou, terriblement mou, et même si nous avons parfois envie de secouer le personnage principal pour qu'il se réveille, la totale description de ce roman nous transporte dans le monde solitaire de des Esseintes.

 

Comment ne dire que quelques mots sur un tel roman ? Chapitre après chapitre, nous découvrons la littérature, la peinture, la musique, tel un documentaire. Mais nous découvrons aussi tout un monde aux portes de l'érotisme.

Et puis, l'échec constant ne manque pas de nous faire sourire. Entre un voyage qui ne se fera jamais, une tortue et des fleurs oubliées dans un coin... Sans oublier les lectures qui furent faites et ne se font plus.

 

Autant le dire, dans ce roman, il ne se passe rien. Mais alors, absolument rien. Pourtant, malgré cela, le lecteur se laisse emporté dans un univers étrange qu'il ne maitrise pas. Paradoxal ? Oui, mais réel.

Je ne saurais que dire d'autre. Je ne peux que vous conseiller de tenter cette lecture. Vous verrez bien...

Repost 0
Published by pampoune - dans Classiques
commenter cet article
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 18:00

 

Cette oeuvre allègre et profonde, écrite en toute liberté, met enjeu les éléments les plus fondamentaux et les plus pro­blématiques de son matérialisme, sous l'éclairage des sciences médicales de son temps. Ils mettent en scène quatre personnes réelles : Diderot lui-même, un géomètre, son ami d'Alembert, un médecin, le Dr Bordeu et une jeune femme, Mlle de Lespinasse. L'épisode central - le délire de D'Alembert interprété par le médecin et Julie de Lespinasse - expose une cosmologie inspirée d'un monde en perpétuelle transformation compris à partir de molécules sentantes, jouissantes et souffrantes.

 

Tout commence par une conversation entre Diderot et d'Alembert sur la condition humaine. Le tout sur le ton du matérialisme. Et puis, dans la deuxième partie, c'est l'analyse du rêve : D'Alembert est-il devenu fou ou est-il, au contraire, le plus intelligent de tous ?

En trois petites scènes, Diderot nous parle philosophie, science et littérature. Sur le ton du théâtre, ce texte nous introduit dans une pensée en plein dans le courant des Lumières. Ce ton nous permet de digérer plus facilement les informations qu'on nous donne.

 

Bon, la philo, ce n'est pas trop mon truc. Mais j'ai dû lire ce livre pour de la littérature du XVIIIème siècle et, en effet, au delà de la philosophie, ce texte est un vrai texte littéraire. Que ce soit par les figures, la théâtralité ou encore l'ambiance du tout... Sans oublier quelques répliques caucasses au milieu de cette philo scientifique... ce texte est une belle réussite.

Tant par le fond que par la forme, l'auteur arrive à nous entrainer dans un monde qui, de prime abord, n'est pas très engageant.

 

Le style de Diderot... Difficile d'en parler sans nuir à l'auteur et à la grande littérature. Mais un spécialiste saura vous venter les talents de celui connu pour son Encyclopédie.

 

Il m'est difficile de vous conseiller une telle lecture dans la mesure où nous sommes ici très loin de tout ce qu'on connait, mais malgré tout, si vous décidez de vous plonger dans cette ambiance XVIIIème, je pense que vous pourrez apprécier ce texte, autant que j'ai pu l'apprécier.

Repost 0
Published by pampoune - dans Classiques
commenter cet article